Problématique

 

La gestion des ressources biologiques animales et végétales des milieux forestiers a connu des transformations majeures depuis quelques années. De sectorielle et directive, elle est devenue participative pour les populations locales et elle intègre maintenant l'ensemble des ressources du territoire en tenant compte des particularités de son cadre naturel. L'un des contextes de gestion les plus difficiles est celui où des herbivores constituent à la fois une ressource majeure et une menace pour l'intégrité des écosystèmes. C'est le cas des cervidés qui surexploitent un milieu forestier au point de mettre en péril sa régénération naturelle. L'île d'Anticosti est un laboratoire naturel de 7943 km2 donnant la possibilité d'étudier ce phénomène présentement en croissance tant en Amérique du Nord qu'en Europe.

Profitant d'un habitat propice et d'un environnement sans prédateurs, les quelques 200 cerfs introduits à la fin du 19e siècle par Menier se sont rapidement multipliés. D'après les témoignages de l'époque et les modèles de dynamique de population de cerfs, on estime que le nombre de cerfs a facilement atteint 180 000 individus (~ 25 cerfs/km2) vers le début des années 1930. Cependant, les premiers chiffres fiables dont on dispose remontent à la fin des années 1980 alors que la population totale sur l'île fut estimée à 120 000 cerfs (15 cerfs/km2) par inventaire aérien. Depuis lors, la population semble limitée principalement par la disponibilité des ressources alimentaires et fluctuerait en fonction de la sévérité des hivers et de la dynamique des forêts à grande échelle. 

Une telle densité d'herbivores n'est pas sans conséquences pour la forêt. C'est au cours des années 1920-1930 que les botanistes signalèrent les premières perturbations de la végétation dues au broutement du cerf. Dès 1935, on constate que certaines espèces d'arbustes feuillus, dont le cerisier de Pennsylvanie (Prunus pensylvanica), le bouleau à papier, le peuplier faux-tremble et le sorbier (Sorbus americana), autrefois abondantes, ont été pratiquement éliminées par le cerf.

Nombreux sont les scientifiques qui, dans les décennies suivantes, ont rapporté le broutement intensif des cerfs sur les strates arbustives et herbacées, de même que l'urgence d'augmenter les prélèvements par la chasse sportive. Cependant, même avec les infrastructures et les facilités qui existent aujourd'hui, la chasse sportive récolte moins de 10 % de la population totale, ce qui est insuffisant pour assurer un contrôle.

  

Depuis quelques années, c'est la composition et la structure même de la forêt qui sont modifiées. La régénération des sapinières, un habitat considéré important pour la survie du cerf en hiver sur l'île d'Anticosti, est compromise par le cerf qui broute les sapins à l'état de semis. La superficie des sapinières a diminué de 50 % au cours des cent dernières années. Les sapinières sont graduellement remplacées par des peuplements presque purs d'épinettes blanches, une essence peu ou pas consommée.

Paradoxalement, le dépérissement des sapinières pourrait avoir un effet positif sur la population de cerfs à court ou à moyen terme. En effet, les vieux sapins, qui sont plus facilement renversés par le vent, procurent une ressource alimentaire temporaire mais non renouvelée. Malgré cet effet potentiellement bénéfique à court terme, il n'en demeure pas moins que les sapinières disparaissent de l'île. Dans l'espoir de favoriser leur régénération, un programme d'aménagement forestier fut implanté sur l'île en 1995. Pour assurer l'avenir du cerf, il est essentiel de développer des méthodes d'aménagement favorisant le rétablissement des sapinières ou des peuplements possédant les caractéristiques recherchées par le cerf. À moyen terme, on peut également entrevoir des effets négatifs sur d'autres espèces animales et végétales associées aux sapinières et sur l'ensemble des fonctions écologiques de ces forêts. Par ailleurs, la chasse au cerf, qui constitue la principale activité économique sur l'île et dont la qualité exceptionnelle attire de nombreux amateurs, pourrait aussi être affectée.

Chaire de recherche industrielle CRSNG en aménagement intégré des ressources de l'île d'Anticosti - Université Laval
Pavillon Alexandre-Vachon, Local 3076, 1045, av. de la Médecine, Québec (Québec) G1V 0A6 Canada
Téléphone : 418-656-7769, Fax: 418-656-2043 Courriel : chaireanticosti@bio.ulaval.ca
Ce site utilise TYPO3 Réalisation: Équipe Tactic